Les catégories de jeu vidéo : présentation simplifiée

Les catégories de Jeu vidéo : présentation simplifiée

Arcade : le Jeu d’arcade est un logiciel de Jeu vidéo qui se joue dans une salle de Jeu d’arcade ou dans un lieu public. Il s’agit d’une borne dont l’apparence peut se rapprocher du flipper ou de la machine à sous qui constitue l’origine même du développement et de la diffusion du jeu vidéo par l’industrie de l’amusement aux États-Unis d’Amérique. Le contexte de ce type de Jeu suppose de jouer en présence d’autres personnes au milieu d’autres joueurs dans un environnement ou le joueur ne se retrouve pas seul, isolé ou sans aucune interaction. Par ailleurs, le Jeu d’arcade propose souvent une situation de rivalité et d’affrontement entre les joueurs soit qui partagent la même interface soit qui se retrouvent chacun devant une interface qui les relie à l’autre. Le jeu d’arcade présente également une autre particularité liée au renouvellement de la dette. En effet, le joueur doit s’acquitter de manière répétée du montant fixe qui est demandé pour pouvoir poursuivre sa partie. Ce montant est payé en pièces de monnaie ou en jetons changés au préalable. De plus, en raison de ce modèle économique, le Jeu d’arcade est particulièrement difficile à jouer.

Baston : le jeu de baston est un jeu proposant d’incarner plusieurs entités de pixels à travers lesquels ils vont s’affronter en duel voire à plusieurs. Ce type de Jeu vidéo implique une intégration des différents combinaisons de touches dont la réalisation permet de maîtriser le corps et les faits et gestes des personnages. Outre la proposition d’incarner un personnage, certains jeux invitent le joueur à choisir un groupe de personnages qu’il devra gérer et pour lequel il choisit certains  » coup spéciaux « . Ceci suppose un accordage et une harmonisation entre les points forts et les points faibles de chaque personnage dont l’apparence autant que le style de déplacement, la gestuelle et le type de combat peut évoquer une  » physionomie de pensée » que le joueur doit comprendre pour les employer convenablement. Pour  » gagner  » avec un personnage il faut épouser les schème d’actions qu’il représente. Ce type de Jeu vidéo fait l’objet de compétition nationnale actuellement et il est reconnu comme e-sport. Certains logiciels proposent également des jeux vidéo de coopérations entre les joueurs contre l’ordinateur. ( « Tag tournament « ) La succession de combat est articulée par une histoire individuelle de chaque personnage qui est engagé dans une recherche lié à son histoire. Par ailleurs, les jeux vidéo de baston ont introduit le principe du  » miror-swap color » qui permet à un joueur de s’affronter avec un autre joueur ou avec l’ordinateur qui contrôle le même personnage en double mais avec une autre couleur qui permet de les différencier.

Beat’m All : le Beat’m all (traduit « battez les tous ») est un Jeu vidéo proposant à un ou deux joueurs d’incarner un ou plusieurs personnages qui avancent dans un univers en deux ou trois dimensions d’inspiration  » bas fond des rues « . Le ou les joueurs vont devoir avancer étapes par étapes afin de réaliser une action qui relève souvent du sauvetage d’un personnage ou de la lutte contre le crime. Apparu dans les salles d’ardace, ce type de Jeu vidéo propose une prise en main relativement simple. Bien que le principe de base soit la coopération entre les joueurs, certains logiciels proposent en générale le principe de pouvoir blesser le personnage contrôlé par l’autre joueur (  » Friendly Fire » ), ce qui impose de rester attentif à la manière de sa déplacer et de répondre aux attaques des personnages contrôlé par l’ordinateur. Dans certains jeux vidéo le fait de se tromper et de blesser son collaborateur est sanctionné par un malus.

FPS : le FPS ou First Person Shooters est un Jeu vidéo en vue subjective qui a lancé un type particulier d’immersion et d’interface consistant pour le joueur à être plongé dans un univers virtuel qu’il perçoit par les yeux du personnage qu’il contrôle. Le cadre de l’écran représente ainsi le cadre de son champ de vision. Le FPS est particulièrement pratiqué par les adolescents et les jeunes adultes qui construisent des groupes ponctuels de joueurs ou qui se rassemblent au sein de groupe régulier et permanent  » les Guildes . Le FPS fait également appel à un niveau de réflexe particulièrement élevé ainsi qu’à un esprit de coopération lorsqu’il est joué en ligne. Ce type de Jeu fait l’objet de compétitions nationale et il est reconnue comme un e-sport. Le FPS en ligne suppose d’intégrer le groupe et de progressivement trouver sa place en fonction d’une spécialisation ou d’une préférence. Compte tenu de la puissance de calcul demandé, le FPS est le type de jeu qui suppose une mise à jour régulière du matériel et une recherche de performance et d’ergonomie du matériel (  » souris à 12 fonctions « , ordinateur tunés, surpuissance des machines « ). Compte tenu du degré de précision et de la vitesse des réflexes demandés, dans ce type de jeux vidéo, le  » lag  » c’est-à-dire le ralentissement du jeu vidéo et une diminution de la fluidité de son affichage en raison d’une puissance insuffisance du matériel est l’imprévu le plus redouté.

Gestion : le Jeu vidéo de gestion est un logiciel proposant à un joueur en général de se retrouver immergé dans un univers numérique dont il a la tâche d’administrer aussi bien le contenu que les actions des éléments qu’il a sous sa responsabilité. Dans ce type de Jeu, le joueur se retrouve dans une position  » désincarnée » puisqu’il est placé dans une position d’observateur  » méta  » par rapport à ce qui se passe. L’ensemble des éléments de l’interface représente des indicateurs et des potentiels d’action dans l’univers virtuel. Les jeu de gestion fonctionne souvent selon une mécanique sous-jacente qui consiste à proposer un entrainement à la gestion des flux d’information et à l’intégration d’une logique économique qui repose sur une rationalisation des opérations effectuée et des méthodes de développements qui sont dans un rapport de réciprocité et de co-étayage les unes par rapport aux autres. Le joueur n’est pas forcément créateur de formes mais manipulateur d’objets.

God Game : le Jeu vidéo de God Game est un logiciel ludique interactif qui invite le joueur à se trouver dans une position de  » dieu  » à travers une interface qui lui propose de maîtriser de manière désincarné l’environnement qu’il perçoit. En général, dans ce type de Jeu, le joueur se trouve invité à gérer le développement d’un personnage, d’une ville ou d’une civilisation dont il va pouvoir veiller au développement depuis sa création jusqu’à la fin de la partie. Le Jeu vidéo de type God Game permet également parfois de modifier les réactions des personnes ou de les anticiper. Il permet également de contrôler les éléments et d’influencer le cours de l’histoire. En tant que successeur du jeu de gestion, le mode God Game peut également intégrer un jeu vidéo sans que celui-ci appartienne à cette catégorie qui ne constitue qu’une partie de ce que propose le logiciel. C’est ainsi que certains jeux vidéo permettent de créer à la fois le cadre du jeu vidéo, les personnages, les modalités de réactions des différentes catégories de la matières mais également de décider des modalités d’intégration de la réalité partagée ( « Projekt Spark » ).

Hack’n Slash : le jeu vidéo de type Hack’n Slash est un logiciel qui propose au joueur de choisir d’incarner un personnage ou plusieurs personnages à partir de catégories souvent prédéfinies qui sont dotés de propriétés particulières. Le principe de ce jeu vidéo repose sur une logique de croissance et de développement du personnage au fur et à mesure de son avancée dans une trame narrative qui a la particularité de porter une part commune à toutes les classes de personnages et une part singulière qui concerne l’histoire de cette classe. Le principe du Jeu consiste en générale à parcourir l’univers numérique à tuer des ennemis qui sont très souvent des incarnations du mal, des monstres et toutes les figurations classiques des démons. Plus il tue d’ennemis, plus le joueur voit son personnage gagner en expérience, ce qui débloque de nouvelles propriétés que le joueur peut choisir de développer parmi celles proposées. Ces propriétés étant proportionnelles à l’évolution du niveau de difficulté, c’est leur emploi au moment opportun qui permet au joueur d’avancer. Dans son périple, le joueur doit en général pénétrer des forteresses gardées par des armées d’ennemies et qui contiennent des trésors permettant d’accumuler davantage de pouvoir. Les classes de personnages les plus répandues sont le guerrier, le paladin, le barbare, le magicien, la sorcière, l’archer, le voleur, l’amazone et le métamorphe. Le Hack’n Slash présente également la particularité de pouvoir se jouer en ligne ce qui ouvre sur des stratégies de coopérations et d’interactions nouvelles en fonction du couplage des aptitudes des personnages.

Metavers : le métavers n’est pas un Jeu vidéo à proprement parler selon une définition restrictive. Cependant, il représente un type non-négligeable d’univers numérique au sein duquel les joueurs évoluent à travers un personnage. Le métavers propose une situation de jeu au sein de laquelle un utilisateur va créer son personnage ainsi que l’ensemble de l’univers au sein duquel il va évoluer. Les plus connus des métavers proposaient de pouvoir créer n’importe quel objet. Par ailleurs, certains ont été colonisés par les parties politiques, des groupes religieux ou par les grandes marques qui y ont créé des magasins virtuels permettant toutefois de se faire réellement livrer sa commande. Ces univers sans fins ont également fait l’objet de polémiques du fait que certains utilisateurs aient réussit à mettre en vente certaines de leurs créations afin de se faire payer et de pouvoir en tirer de réels bénéfices (ventes d’une maison virtuelle par exemple).

MMORPG : le jeu vidéo de type MMORPG aussi appelé MMO ou Meupporg par les profanes est un Jeu de rôle massivement multi-joueurs qui propose un univers persistant c’est-à-dire un univers doté d’une propriété de permanence qui conduit le monde numérique à ne jamais cesser d’évoluer même après la déconnexion du joueur et l’arrêt de la machine. Ces mondes  » jamais éteints « , dont la majorité des fonctions et des décors sont hébergés sur des serveurs, invitent le joueur à choisir le personnage qu’il souhaite incarner parmi les différentes classes de personnages en fonction de leur histoire, de leur pouvoirs ou encore de leur apparences et des capacités qu’il pourront développer à l’avenir. Sur le même principe que le Hack’n Slash, les MMO proposent de gagner en niveau d’expérience à travers une mécanique d’accumulation de points d’expérience qui ouvre l’accès à de nouveaux pouvoirs, de nouvelles capacités ou de nouvelles aptitudes. Ces univers sont également des lieux de création de guildes de joueurs qui se disputent la réalisation des missions qui leur sont proposés. La réussite des missions tel que les donjons suppose que le joueurs se regroupent régulièrement pour  » répéter  » l’opération avant le jour  » J « . Cela implique notamment une organisation groupale très hiérarchisée et spécialisée sous le commandement d’un chef d’orchestre. Ce type de jeu se joue en générale entre des personnes qui ne se sont jamais rencontrées dans la vie réelle (I.R.L. : In Real Life). La bonne réalisation des tâches et la coordination des actions de groupe impose également l’intégration des mécaniques de jeux qui reposent sur un choix de rôle à jouer et qui instaure des rapports variables d’inter-dépendance entre les joueurs. La groupalité est ainsi au coeur de ce type d’interface et de  » Game play  » (jouabilité). Le MMO est également liée à des règles de structuration des groupe en Guildes qui sont organisées de manière diverses autour d’une charte faisant office de Loi.

Plate-forme : les jeux vidéo de plateforme sont des logiciels proposant au joueur d’incarner une entité de pixel qui va devoir se frayer un chemin au sein d’un dédale de pièces dont l’articulation au sein d’un tout repose sur une succession de plateformes ou la réalisation d’opération simples sollicitant l’évaluation des distances, la gestion de la corporéité du personnage incarné ainsi que la réflexion sur la manière de se déplacer et d’utiliser d’éventuels objets pour résoudre les problèmes liés à la progression. Ce type de Jeu permet le développement de capacité de représentation dans l’espace de résolution d’énigme, d’anticipation et de projection par évaluation des distances.

R.P.G. : les jeux vidéo de type R.P.G. (Role Playing Game pour Jeu de rôle) sont des logiciels ludiques proposant au joueur d’incarner plusieurs personnages et de gérer leurs interactions, leur développement ainsi que leur coopérations au sein d’une histoire. Le RPG est très régulièrement inspiré d’un univers médiéval ou d’heroïc fantasy qui plonge le joueur dans un monde de chimères, de personnages mythologiques, de pouvoirs, de quêtes et de croyances. Le principe du RPG concerne à la fois l’incarnation successive de personnages qui sont dotés d’apparences, de capacités, d’aptitudes et de pouvoirs différents et de gestion de leur combinaison lors des rencontres et des affrontements avec les ennemis contrôlés par l’ordinateur. C’est ce type de jeu a notamment popularisé les personnages non-joueurs ou personnages non-jouables qui sont des entités de pixels contrôlés par le Jeu vidéo et qui ont la particularité d’être disponibles pour des interactions. Certains proposent de réaliser des quêtes et ils rétribuent le joueur en échange de ce service rendu. D’autres sont simplement présents de manière informative tandis enfin que d’autres ne permettent pas d’interactions et sont présents de manière purement décorative.

Réflexion : le jeu vidéo de gestion est un logiciel ludique proposant au joueur de résoudre des situations problématiques afin de pouvoir avancer dans un univers numérique qui s’offre comme support d’interaction. Ce type de jeu propose souvent des situation de solitude du joueur qui se retrouve seul à essayer de trouver une solution. Il arrive fréquemment que le joueur ne dispose pas d’incarnation dans le Jeu vidéo et qu’il soit invité à manipuler des objets et à réaliser à certain nombre d’opérations sur eux afin de de pouvoir passer au niveau suivant qui présente souvent un degré de similarité avec le niveau actuel mais qui intègre une difficulté supplémentaire.

Shoot’m up : le jeu vidéo de type shoot’m up invite le joueur à incarner un objet-enveloppe, généralement, un vaisseau, un avion, un bateau ou toute construction mécanique qui se trouve immergé dans un univers très excitant peuplé de très nombreux ennemis dont les trajectoires se trouvent dans un certain degré de prévisibilité et de difficulté croissante à anticiper les mouvements. Le joueur doit avancer sur un plan horizontale ou vertical et tout détruit sur son passage. Au fur et à mesure de son avancée, le joueur voit les capacités de son véhicule se développer et évoluer en fonction du niveau de difficulté et des objets  » ramassé « . Ce type de jeu demande des réflexes particulièrement développés et une anticipation particulièrement importante des trajectoires, ce qui suppose l’accès à un niveau de rythmicité et d’adaptation très important.

Simulation : le jeu vidéo de simulation est un logiciel proposant au joueur une immersion dans un univers numérique qui a la particularité de présenter un degré de proximité très fort avec la réalité objective. Le principe est de s’incarner dans un personnage ou un groupe de personnages qui vont avoir la tâche de réaliser une tâche de nature sportive, un pilotage ou un métier de secours. Le joueur se voit attribué des compétences de gestion qui vont lui permettre de se retrouver dans une situation proche de ce qu’il vivrait s’il était directement impliqué dans ce type d’activité. En générale, les jeux vidéo de simulation impliquent une longue période de prise en main afin de pouvoir intégrer la complexité du jeu et pour maîtriser l’ensemble des paramètres. Le degré de réalité est souvent très renforcé par les progrès récents en matière de qualité d’affichage graphique est des interface extérieures à retour de force qui immerge le joueur dans l’action.

Stratégie : le jeu vidéo de stratégie est un logiciel qui permet au joueur de se trouver dans une situation de réflexion en vue d’obtenir la victoire au sein d’un univers numérique qui implique le développement d’une civilisation et son expansion en vue de vaincre les nations ou les races ennemies. Le jeu de stratégie se joue au départ contre l’ordinateur mais il gagne toute sa profondeur en multi-joueurs puisqu’il permet de se mesurer à d’autres êtres humains en réseaux fermés ou de part le monde par Internet. La collecte des ressources implique de mettre en place une logique de récolte et de production. De plus, le joueur doit apprendre des schémas de compréhension et d’anticipation des actions à travers un jeu d’ajustement.

Survival : le survival est un jeu vidéo dont le principe est la survie. Le joueur est invité à incarner un personnage qui souvent se trouve perdu, amnésique ou en questionnement sur ces origines et qui doit se frayer un chemin au sein d’un environnement hostile, régulièrement peuplé de créatures mort-vivantes et/ou contagieuses. L’ambiance de ce type de Jeu est généralement glauque et l’ensemble de l’atmosphère est particulièrement travaillé tant que le plan visuel que sur le plan musical et des bruitages. Le joueur est régulièrement mis dans une situation où il reste le seul survivant d’une catastrophe qui a conduit à l’émergence d’une singularité à l’origine de l’intrigue du jeu.

Publicités
Poster un commentaire

réponse ? ou commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :