Propositions d’interventions

Propositions d’interventions :

« Sur les écrans, le « virtuel », le « numérique », les « objets numériques »,  le Jeu vidéo, Internet et les réseaux sociaux« 

 

Madame, Monsieur,
 

Je vous sollicite dans le cadre de l’intervention que je propose sur le thème :

« Les écrans, le virtuel, le numérique, les objets numériques, le Jeu vidéo, Internet et les réseaux sociaux : quelles utilisations, quels risques, quels bénéfices et quels enjeux ? ».

– Présentation –

 

Psychologue clinicien travaillant sur/avec le « virtuel », appelé également le « numérique », et Doctorant en psychopathologie et psychologie clinique à l’Université Lumière Lyon II, je développe actuellement une thèse sur l’utilisation des objets numériques par les enfants et les adolescents voire par les adultes dans une perspective de « médiation thérapeutique ». Cela signifie que j’emploie le numérique du Jeu vidéo dans le cadre de plusieurs dispositifs de soin destinés à permettre aux jeunes patients de pouvoir parvenir à découvrir certains aspects d’eux-même et de parvenir à exprimer certains aspects d’eux-même, de leur vie intérieure, ou d’explorer certaines facettes de leur personnalité par l’intermédiaire d’un outil culturel qui leur est à présent familier et qui semble particulièrement proche de leur manière de penser et de se représenter le monde et dans le monde.
 

Je m’intéresse ainsi depuis déjà de nombreuses années aux effets du développement technologique sur la construction de la réalité psychique en appui de ceux-ci, et par conséquent sur la manière de penser les changements qui découlent de leur utilisation.
 

Mon travail est toujours guidé par la recherche de ce qui dans le présent de ces utilisations porte les traces et mêmes les pré-traces de leur histoire et de leur fonctionnement psychique.
 

L’homme étant né à travers l’outil, il me semblait important de sortir de certaines représentation à priori et de me décentrer de mes propres positions personnelles et professionnelles afin de prendre du recul et de comprendre en quoi ces objets les accompagnent dans leur développement.
Mon expérience individuelle et groupale auprès des enfants, des adolescents, et des adultes mais aussi auprès des parents d’élèves, des enseignants, des travailleurs sociaux, des éducateurs et des pédagogues m’a conduit à m’apercevoir de l‘effet considérable de l’émergence puis de l’expansion du numérique dans le quotidien de millions de personnes tant sur le plan professionnel que sur le plan professionnel et les changements opérés dans la manière de travailler et d’enseigner.
Bien que les changements que nous vivons à présent depuis une quinzaine d’années ne soient pas en lien directe de causalité avec l’émergence puis l’expansion de ces « objets-à-écran-réfléchissant« , nous pouvons tout de même constater des corrélations entre la survenue de nouvelles façons de vivre, de faire ou de se mouvoir et de parler et l’irruption du numérique.
Ces effets de changement sont de natures très différentes et les interrogations sont nombreuses tant du côté des parents au sujet de la conduite à adopter envers le Jeu vidéo, que du côté des professionnels dont les modèles de pensée et les pratiques se trouvent remaniés voire parfois profondément modifiés par les nouvelles technologies.
 

Avec le recul et l’expérience il me semble important de pouvoir adopter naturellement une méthode qui fut déjà utilisée par le passé à de nombreuse reprises, à savoir de partir de ce qui semble faire « symptôme » et de le saisir afin d’en tirer les différents fils qui conduisent à complexifier l’approche de ces phénomènes.
C’est ainsi que derrière la « crise du numérique » se profil une « crise de la parentalité » et une « crise des modèles » et à foriori « une crise des postures professionnelles ».
 

C’est ainsi l’ensemble des paramètres de notre société que nous sommes invités à requestionner, notamment les changements des modèles éducatifs, les remaniements de l’accès au savoir, les questions d’éthique et de notre rapport à la connaissance autant que la manière de considérer les objets-connectés et les utilisations que nous en avonss.

Ceci me conduit à proposer des interventions auprès des enfants mais aussi auprès des parents et des enseignants afin de parler ensemble des enjeux soulevés par l’omniprésence des écrans et la manière dont les enfants sont très tôt amenés à les utiliser.
Outre des interventions de diverse natures et formes (Journées d’initiation, rassemblements de joueurs, conférences, allocutions, communications…) dans divers institutions (C.L.C.M., I.R.E.M.A. http://www.irema.net/….) et auprès de populations différentes  je suis déjà intervenu au sein de l’école Notre Dame de Belleville située à Belleville sur Saône (http://www.ndbelleville.fr/)ainsi qu’au sein de l’école Jean ZAY située à Villefranche sur Saône (http://ecolejeanzay.free.fr/) sur cette question du numérique.

J’ai également fait une intervention pour la FCPE – PEEP de l’Isère sur le thème du numérique ou encore pour des manifestations.
 

Mon travail s’oriente également vers la formation professionnelle puisque je dirige des journées de formation sur le thème du numérique auprès d’organismes de formation impliqués dans l’encadrement et l’enseignement des équipes (CSAPA, AEMO, ADESA… : http://www.irema.net/). Ce travail suppose de rencontrer les futurs professionnels en formation ou encore les acteurs de terrains qui sont confrontés au quotidien à ces problématiques. Il s’agit alors d’aider les équipes à penser la complexité des situations autour de l’utilisation du numérique et de les soutenir dans un travail de réinterrogation de leur pratique.
 

En effet, si le jeu sur écran présente un rôle symptomatique en nous invitant à questionner les schémas sous-jacents à notre société ainsi que nos modalités de rapport aux autres, nous pouvons constater combien les professionnels et les non-initiés semblent « penser à l’économie », en surface, comme les écrans qu’ils utilisent par ailleurs eux-mêmes.

Ainsi, la demande d’actions et de réponses toutes faites semble s’inscrire davantage dans un contexte d’accélération du travail demandé et d’enjeux de reprise de maîtrise de ces situations inconnues.

Par ailleurs, depuis 2013, je suis intervenant auprès de la mission Métropolitaine de Prévention des Conduites à Risques pour le compte de l’école des Parents et des éducateurs de l’île de France (http://www.epe-idf.com/)et en collaboration avec e-enfance, qui organise toute l’année des conférences ou des soirées-débats en lien avec leur démarche de prévention et de soutien à la parentalité.

Suite à des retours très positifs, je vous propose de réitérer cette expérience avec votre équipe et pour votre organisme afin d’ouvrir le débat et ainsi allier un discours de prévention avec un discours d’ouverture sur l’intérêt de l’utilisation de ces « nouveaux objets ».

 

– Orientation –

 

Loin d’un discours caricaturale sur le « pour » ou le « contre, je propose une approche orientée du côté du sens de l’utilisation de ces objets à notre époque et dans notre société, à travers un échange à vocation interactive.
Mon approche se veut avant tout pragmatique et concrète en partant en premier lieu de ce que disent les enfants et les adolescents et de la manière dont ils utilisent ces objets qui font désormais partie de leur quotidien à côté des objets plus « classiques ».
Envers les adultes, mon orientation vise tout d’abord à partir de ce que vivent les parents ainsi que de l’expérience des enseignants dans leur lien avec les enfants et les adolescents qui utilisent le numérique quotidiennement et parfois de manière excessive.

 

– Objectifs –

 

L’objectif qui peut être défini et discuté avec votre équipe pédagogique relève d’une démarche de prévention auprès des enfants en mettant l’accent sur les risques des pratiques excessives, des Jeux déconseillés pour leur âge, ainsi que des mésusages possibles. Mais il s’agit aussi de les inviter à parler avec les adultes de leur intérêt pour ces objet et des raisons qui les conduisent à jouer à tel ou tel Jeu. Trop souvent les enfants joueurs de Jeu vidéo ou utilisateurs d’objets numériques souffrent de l’incompréhension de la part des adultes mais aussi de la disqualification qui leur est faite lorsqu’ils tentent de communiquer sur leur attrait pour ces pratiques.
Du côté des adultes, il s’agit bien sur de souligner les risques liés à une utilisation inadaptée, excessive ou sans aucune surveillance, en soulignant bien l’importance du choix et de la présentation de l’objet par le parent qui l’introduit auprès de son enfant ou qui en discute éventuellement avec l’adolescent.

Mais il s’agit aussi d’ouvrir à une écoute attentive et à un intérêt pour ce que les enfants jouent avec les écrans. Ceci suppose également de donner des pistes et des repères pour aider les parents, les référents éducatifs et les soignants à se positionner vis-à-vis de ces objets numériques et à les considérer comme des objets en complément des autres objets plus « classiques » et mieux connus.

 

– Constats –

 

Aujourd’hui plus qu’hier, un climat d’incompréhension peut rapidement se développer du fait de l’engouement des enfants pour ces objets d’un côté et l’impression d’accélération et de perte de repère chez les adultes, de l’autre. C’est pourquoi un dialogue semble nécessaire à partir de questions récurrentes autour de ces objets.
L’omniprésence du numérique pose aujourd’hui de très nombreuses questions et suscitent de nombreuses inquiétudes, ce qui en fait un sujet incontournable pour toute personne désireuse d’accompagner les enfants dans leur parcours.

C’est pourquoi, je pense nécessaire de se pencher sérieusement sur ce thème.
Bien souvent, les professionnels imaginent que les objets numériques conduiraient à une perte du sens de la réalité ou encore à l‘isolement, prescrivant ainsi une forme d’évitement ou d’abstinence, tout au mieux, de pratique très limitée.
Bien souvent les enfants se trouvent pris dans des mouvements d’idéalisation importante de ces nouveaux objets ne se sentent pas toujours entendus et compris par rapport à leur plaisir d’utiliser des objets qu’ils manipulent avec facilité et avec lesquels ils construisent de nombreuses histoires.
Bien souvent, les adultes se trouvent démunis, dépassés et maladroits dans l’approche de ces objets numériques qui sont d’emblée mieux connus et mieux maitrisés par les jeunes.
Nous avons abordés ensemble divers points tels que : l’addiction, l’isolement, la violence et la culture pour aboutir à des pistes de compréhension qui permettent une attitude de prévention tout en ouvrant sur un point de vue qui soit moins caricaturale que ce que l’on peut entendre habituellement.

 

– Méthode –

 

L’idée est tout d’abord d’entendre les questions, les interrogations ainsi que les difficultés rencontrées de manière croissante face à la multiplication et l’envahissement par les écrans.
Cela implique d’entendre les questions, de légitimer les inquiétude mais tout en proposant une ré-interrogations des positions socio-éducatives et thérapeutiques.
En générale, les questions tournent autour de la crainte que fait peser l’omniprésence des écrans sur la construction de la personnalité mais aussi sur ce que les adultes perçoivent des changements opérés depuis déjà environ dix à quinze ans dans le sillage du développement de l’Internet.

Le rapport à l’autorité, au savoir, à l’espace, au temps, à l’autre semblent avoir été modifiés rapidement par ce nouveau mode de rapport au monde sous-tendu par les écrans.
Le dialogue qui peut s’instaurer à la maison ou à l’école voire dans d’autres lieux passe par une mise en pratique après un temps de discussion. C’est en apprenant les différents types d’objets, de Jeux et d’utilisations que les enfants, les adolescents et les adultes pourront se rencontrer autour du numérique sans pour autant mettre de côté les nombreuses autres activités et objets qui leur procurent le plaisir de partager et de raconter quelque chose de soi à un autre.

Je me tiens à votre disposition pour de plus amples renseignements.

N’hésitez pas à me contacter pour que nous puissions discuter directement de vos attentes éventuelles dans ce domaine et des modalités de mon intervention.

Avec mes respectueuses salutations,

Guillaume GILLET
Psychologue clinicien
Doctorant en psychopathologie et psychologie clinique

Membre de l’Observatoire des Mondes Numériques en Sciences Humaines

http://www.omnsh.org/guillaume-david-olivier.gillet
 

Enseignant vacataire I.R.F.S.S.
 

Enseignant Vacataire Rockfeller
 

Enseignant vacataire – Université Lumière Lyon 2
 

https://psychologienumerique.wordpress.com/
http://psychologueadomicile.wordpress.com/

 

Formateur – Formation Institut de Psychologie – Lyon II

http://psycho.univ-lyon2.fr/rubrique-5-Formation-continue.html

 

 Formateur INFIPP

http://www.infipp.com/

Publicités
Poster un commentaire

1 commentaire

  1. Bonjour Gaelle,

    Vous pouvez tout à fait me contacter par mail sur guillaumedavidolivier.gillet@gmail.com et je vous transmettrais mes coordonnées téléphoniques. Bien à vous. GG

    Réponse

réponse ? ou commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :