Notes : star wars. Suite de la réflexion sur le processsus pervers

Ce qui explique que beaucoup de personnes n’aiment pas Star wars episode 3 c’est que, au-delà de la prevalescence et presque de l’exclusivité des effets speciaux numériques, ils ne comprennent pas que tout cet épisode est sur la perversion, y compris dans le style. Le fait même de ne choisir que des effets spéciaux séduisants et impressionnants mais creux traduit l’enjeu de cet épisode : une apparence, une surface qui cache un vide et une absence de consistance. Le style même de la narration et du tournage est presque deconcertant. L’accélération du rythme à partir de la  bascule de Anakin produit cet effet de gêne. Car à analyser finement le film et à se laisser pleinement imprégné, il est évident qu’il s’agit là d’un roman sur la solution perverse comme  le négatif de l’épisode 6. Tout en Palpatine est perversion. Premier point : il seduit. Il est un homme apprécié, reconnu et respecté. Il dit dès l’episode 2 avoir la passion de la republique. Au point de ne jamais là lâcher et de l’enserrer jusqu’à l’étouffement. Dans l’episode 3, son phrasé, son rythme ainsi que la tournure de son discours contiennent les germes du discours pervers. Il projette ses fantasmes dans l’autre uniquement lorsqu’il se trouve dans une relation duelle. Son ton est sucré, légèrement trop. L’acteur joue très bien le vice. Plus le film avance, plus il est imprévisible : jamais là ou on l’attend. On sent qu’il jouit lorsqu’il demande à Anakin s’il désire le tuer et que celui-ci répond immédiatement que cela le démange, donc lorsqu’il y a coïncidence entre son fantasme et la réponse de l’autre. Palpatine jouit et se delecte de l’emprise qu’il instaure. Il se régale de faire émerger un conflit dans le Moi de l’autre. On dit que l’acteur qui incarne Anakin joue mal. Comment jouer le dechirement  du moi ? Anakin sait qu’il est déjà condamné à l’emprisonnement et l’emprise. Palpatine  instille subtilement le doute dans l’esprit de Anakin en conduisant ce dernier à se retourner contre ceux qui pourraient l’aider à clarifier ses pensees. De plus, Palpatine a une attitude typiquement perverse en parlant de manière prophétique et auto-réalisatrice (« tu accompmie ton destin »). Comme tout pervers Palpatine avance masqué. Il utilise le mensonges. Il fait douter Anakin de ses proches. Instille l’envie en lui. Professe la logique de plaisir et de laisser libre cours à son désire sans retenue ni morale. Il promet la jouissance (pouvoir absolu sans partage) à la condition d’une acceptation pleine d’une soumission totale et consentie. Il jouit de l’emprise et de l’humiliation des autres et de la souffrance  qu’il occasionne et qui le rend plus fort car il s’en nourrit.

Publicités
Poster un commentaire

réponse ? ou commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :