Un groupe thérapeutique pour adolescents à Lyon sur le thème du Jeu vidéo

Un groupe thérapeutique pour adolescents à Lyon

sur le thème du Jeu vidéo

 

 » Mon ado passe de plus en plus de temps devant ses écrans…comment faire pour l’en détacher ? « 

 » Mon ado ne sort plus de sa chambre…je crains qu’il ne se replie sur lui-même… mais comment intervenir sans être intrusif ? « 

 » De mon temps nous sortions pour jouer ou rencontrer d’autres jeunes… « 

 » Ces Jeux vidéo ne véhiculent-ils pas une forme de relation virtuelle et factice aux autres ? « 

 » Avec tous ces jeux, je crains que mon ado ne distinguent plus le réel du virtuel « 

 » Je n’arrive plus à m’interposer entre lui et l’écran…comment faire à présent ? « 

 » Il ne jure que par ses jeux et veut même en faire son métier…comment se positionner ? Fantaisie d’ado ou possibilité ? « 

 » Mon ado est accroché à ses jeux comme à un biberon…comment faire pour lui en parler ? « 

 » Quels effets ses écrans ont-ils sur le cerveau et la manière d’être en rapport avec la réalité ? « 

 » Quels sont les signes qui nous alertent d’un vrai rapport à la pathologie ? « 

 

Voici quelques unes des questions auxquelles nous sommes à présent confrontés lorsque nous sommes face à des parents ou à des professionnels qui témoignent de leur surprise et de leur incompréhension des nouvelles pratiques et ainsi d’un inconfort important dans leur posture éducatives ou professionnelles qui semble perdre du sens. Avec l’expérience, nous pouvons observer que ces questions manifestement « pratiques » et parfois quotidiennes des adultes renvoient à des enjeux beaucoup plus profonds tels que la place et le rôle de l’école, les effets de l’accès instantané à l’information mais aussi la position de ces objets technologiques dans la construction de la parentalité au vingt et unième siècle.

Nous sommes en effet à une époque de complexification des modèles et de relativisation des postures rassurantes d’antan pour une période de remaniements des manière d’éduquer et d’enseigner autant que de travailler. Ceci, au point que les bases sur lesquelles nous nous appuyions il y a de cela encore dix ans tendent à devenir de plus en plus inadaptées pour penser les phénomènes actuels et ainsi nous positionner vis-à-vis des pratiques potentiellement excessives. Les phénomènes de libéralisation et la relativisation des postures éducatives autant que l’impression d’accélération du rythme de la vie de plus en plus cadencé nous conduisent à devoir parfois réagir de manière rapide voire spontanée sans prendre le temps de se poser, de prendre du recul pour penser les enjeux de mutations des paradigmes du « savoir-être parent ».

 

Sur Lyon, deux psychologues cliniciens diplômés d’Université française Julien CADEAU et Guillaume GILLET se penchent depuis déjà plusieurs années sur ces nouvelles problématiques et proposent un temps de groupe thérapeutique destiné aux adolescents avec pour thème la pratique du Jeu vidéo.

 

Avant de vous présenter les objectifs ainsi les indications et les différents modalités de travail, nous vous proposons une brève histoire des origines de ce projet qui prend sa source dans nos pratiques respectives issues de différents terrains de pratiques professionnelles et auprès de populations différentes.

 

LES ORIGINES DU PROJET

 

Cette proposition de groupe de parole pour adolescents autour du Jeu vidéo s’inscrit dans la suite d’un constat général d’une atmosphère de changements de modèle et à l’intersection de plusieurs points essentiels.

Tout d’abord, et comme nous l’avons exposé précédemment, nous pouvons remarquer la montée croissante des interrogations et des inquiétudes des adultes au niveau des effets éventuels que pourrait avoir l’utilisation régulière voire quotidienne des écrans sur le développement psychique et sur la manière dont la réalité psychique des jeunes se construit. Afin de ne pas nous limiter à une approche purement descriptive et symptomatologique qui consisterait à uniquement « traiter » les comportements et effacer les mauvaises pratiques de manière uniquement ré-éducative, nous pensons que l’enjeu actuel concerne les changements de fond qui s’incarnent notamment à travers les nouvelles pratiques numériques des jeunes qui sont les adultes de demain. Ces pratiques comme les espaces numériques au sein desquelles elles s’incarnent, même virtuellement, sont souvent des reflets des modèles sous-jacents à notre société. C’est pour cette raison que nous prônons une certaine prudence par rapport à des postures parfois radicales et stigmatisantes qui vont avant tout repérer, identifier et tenter de « corriger » des pratiques jugées comme « pathogènes » ou « pathologiques ». Notre position n’est donc pas de « pathologiser le comportement » mais de pouvoir progressivement dégager les formes contemporaines de la souffrance psychique à travers les nouvelles pratiques.

Ensuite, nous pouvons constater une augmentation de l’écart entre les générations de parents et celles des adolescents notamment du fait d’un climat d’accélération et de modification des valeurs dont la période de l’adolescence semble apporter une forme d’accentuation. Bien sur, il existe dans de nombreux cas des situations plus particulières de dialogue parents-ados. Mais dans d’autres cas, de nombreuses familles sont mises en difficultés à cette époque de la vie. Les parents disent ne plus parvenir à parler à leurs ados qu’ils ne reconnaissent pas. Certains parents se sentent particulièrement démunis face à ces nouveaux objets d’autant que l’irruption du numérique dans notre quotidien semble créer une forme d’ « aplanissement » des modalités de relations aux autres. Nous sommes en train de passer d’un système de la verticalité, paternaliste, hérité d’une histoire à influence gréco-romaine et judéo-chrétienne à un système de plus en plus à l’anglo-saxone avec une perspective plus « protestante » d’individualisation du rapport aux objets. Les changements liés aux objets numériques s’inscrivent dans un contexte de ré-organisation de la famille et du rapport aux générations.

Enfin, quelques soit le niveau de connaissance des « experts » qui sont convoqués à ce sujet, aucune autres pratiques que l’expérience clinique de rencontre des adolescents ne peut nous enseigner ce qui se passe actuellement dans le rapport au monde de plus en plus dématérialisé que construisent les jeunes.

 

LES INDICATIONS

 

Le groupe thérapeutique pour adolescents est destiné aux adolescents, jeunes hommes et jeunes femmes, âgés de 13 à 17 ans souhaitant parler de leur expérience et de leur motivation à jouer au Jeu vidéo.

Ces jeunes gens peuvent présenter des difficultés diverses liées à des complications scolaires, des troubles de l’apprentissage, des attitudes d’inhibition, des comportements à risques ou des pratiques d’investissement massif des univers virtuels. L’explication d’une forme de « fuite » dans ces mondes factices ne saurait nous satisfaire puisqu’il en est de même de beaucoup d’autres pratiques qui ne relèvent pas du Jeu vidéo.

Dans certains cas, l’indication pour le groupe thérapeutique peut se faire dans un contexte de difficultés globales dans le rapport au monde et à l’entourage sans que cela soit nécessairement et d’emblée psychopathologique. En effet il convient de ré-évaluer aujourd’hui ce qui relève du « normal » et du « pathologique » tant les choses ont évolués en si peu de temps.

L’indication peut se faire en complément d’une prise en charge ou d’un accompagnement au long cours en institution ou en centre de soin.

Elle nécessite l’accord des représentants légaux de l’adolescent et la contractualisation de la participation.

LES MODALITÉS D’ADMISSION

L’admission au groupe thérapeutique s’effectue aux termes d’un processus d’admission qui débute par trois entretiens préalables co-dirigés par les deux thérapeutes avec une présence partielle des parents. Ce temps permet aux thérapeutes de commencer à connaitre la demande de la famille et d’évaluer la pertinence de l’intégration au groupe thérapeutique par l’adolescent.

Cette étape est importante car elle permet de mesurer les différents paramètres qui sont à prendre en compte dans l’accompagnement thérapeutique. Le cas échant, il peut s’agir d’une réorientation si le cadre proposé par le groupe ne permet pas une prise en charge suffisamment adaptée. Un lien avec des institutions d’accompagnement et de soin psychique peut être envisagé et médiatisé par les co-thérapeutes afin d’aider l’entourage du jeune à porter une demande auprès d’une structure plus adaptée.

 

LES MODALITÉS DE PARTICIPATION

 

Le groupe thérapeutique proposé se tient un samedi par mois, avec une durée de une heure et trente minutes, sur une période de Octobre à Juin.

Ce travail fait l’objet d’une rémunération des thérapeutes et il implique un engagement de la part des parents de l’adolescent à régler le montant de cette participation. L’accord des parents et leur soutien au processus thérapeutique est donc un élément important.

Par ailleurs, ce groupe thérapeutique implique l’assiduité de l’adolescent c’est-à-dire au moins sa présence et sa participation.

L’adolescent sera alors accueilli au sein d’un groupe co-animé par deux thérapeutes et composé de trois à huit adolescents.

 

Au sein de ce dispositif, l’adolescent sera considéré conformément à la déontologie, dans le respecte de sa parole et de sa singularité, à travers une écoute bienveillante. Le référentiel des soignant se base sur une approche psycho-dynamique qui repose sur les principe et une méthodologie clinique qui prend en compte les effets de la groupalité et qui à de précédentes expériences dans le domaine du Jeu vidéo et du travail auprès des adolescents.

 

TARIFICATION

 

Le montant de chaque entretien préalable parent/ados est facturé 50€ l’entretien.

Puis, chaque séance de groupe est compté pour un montant de 35€ la séance de groupe.

Un acquittement par trimestre est possible ainsi que des possibilités d’aménagement des paiements.

 

COORDONNÉES ET LOCALISATION

Lieu

Le groupe se déroule au cabinet CPR, Centre de Praticiens Ressource qui se trouve

42, Cours de la Liberté, 69003 Lyon.

L’accès s’effectue par le Tramway T1, arrêt « Liberté »

et ou par le Métro D station « Guillotière »

 

Coordonnées téléphoniques

Deux coordonnées téléphoniques sont possibles :

06 01 23 18 69

06 50 01 90 06

Les thérapeutes

 

M. Julien CADEAU est Psychologue clinicien, Animateur de prévention, Alcoologue, spécialiste en Santé sexuelle.

M. Guillaume GILLET est Psychologue clinicien, Doctorant en psychopathologie et psychologie clinique, co-animateur de groupe thérapeutique à médiation numérique – Jeu vidéo et Membre de L’Observatoire des Mondes Numériques en Sciences Humaines.

 

Cadre éthique et déontologique

 

Julien CADEAU et Guillaume GILLET sont psychologues cliniciens diplômés d’Université et enregistrés au répertoire ADELI.

Leur pratique clinique s’inscrit dans une démarche éthique et déontologique conformément au code de Déontologie des psychologues.

 

Vous trouverez en téléchargement la plaquette à destination des soignants ainsi que celle à destination des parents.

 

Plaquette Pro

 

Plaquette parents

 

Ci dessous également, le lien vers le site Internet de Julien CADEAU,psychologue clinicien et co-animateur du groupe thérapeutique :

 

http://juliencadeaupsy.e-monsite.com/

Publicités
Poster un commentaire

réponse ? ou commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :