L’esprit est une manette de Je(u) vidéo

Publication sur le Jeu vidéo : magasine des Montpellier INGAME – Montpellier Agglo – Novembre 2012

LE MAGAZINE D’ INFORMATION DE la communauté d’AGGLOMÉRATION de MONTPELLIER N°6 / novembre 2012

montpellieragglo 9

débat

Débat et des idéaux Débat et des idéaux

Jeux vidéo, des jeux comme les autres ?

99% des 12-17 ans déclarent jouer aux jeux vidéo et pour les trois quarts d’entre eux, c’est un sujet de dispute avec les parents (1). De leur côté, les parents craignent que leurs ados deviennent « accros ».

Faut-il interdire, dialoguer, jouer avec eux ?

Ce sera l’objet d’une rencontre dimanche 18 novembre, lors du Montpellier In Game, au Corum animée par deux praticiens de la question.

[Le jeu vidéo, comme toute activité culturelle, doit être un objet de lien et de parole au sein de la famille.]

Conférence MIG sur le thème :

« Que font nos enfants

avec les jeux vidéo »

Le 18 novembre

de 14h à 15h30 au Corum.

montpellieringame.com

+p ratique

Emmanuel Mayoud /////

médiateur numérique

Guillaume Gillet //

psychologue clinicien

« Faut-il avoir peur des jeux vidéo ? »

Emmanuel Mayoud //

Les parents qui ont peur que leurs enfants s’enferment dans les jeux vidéo manquent de références quant à la posture éducative à adopter, car ils n’ont pas ou peu pratiqué le jeu vidéo lorsqu’ils étaient enfants. Cela mène souvent à la stigmatisation. Or le jeu vidéo est une activité culturelle comme les autres. Les jeunes peuvent y développer leur imaginaire, leur patience, leur sens de l’analyse, y travailler en équipe, s’y lancer des défis. Comme au foot ou au théâtre en fait…

Guillaume Gillet //

Le jeu vidéo rend-il violent ? Isole-t-il ? Rend-il dépendant ? Il est légitime pour les parents de s’inquiéter de l’utilisation du jeu vidéo par leurs enfants. En revanche, on peut déplorer que l’on incrimine systématiquement les points négatifs de l’objet, sans interroger son environnement. Dans les rares cas de mésusages, le jeu vidéo est alors majoritairement un indicateur plutôt que la cause du problème. Il peut révéler une souffrance familiale ou individuelle.

« On parle beaucoup d’addiction, y-a-t-il un risque ? »

E.M. //

Il y a des points d’alerte à reconnaître, comme la désocialisation et la baisse des résultats scolaires. L’enfant ou l’adolescent va alors chercher dans le jeu une maîtrise qu’il ne trouve plus ailleurs. Dans ce cas, comme pour n’importe quelle pratique excessive, les parents ont leur rôle à jouer et leur responsabilité de référent adulte à prendre.

G.G. //

L’Académie de médecine recommande de parler de pratiques excessives plutôt que d’addiction. Pour l’enfant, les parents sont les garants d’une utilisation mesurée du jeu vidéo, comme n’importe quelle activité. Pour l’adolescent, le jeu vidéo peut être un objet de soutien et de transformation psychique, de lien avec les autres à une période de mutation. Dans les deux cas, le terme addiction est inapproprié. La pathologie se caractérise par un excès, une exclusivité et un changement radical.

« Quels conseils donneriez-vous aux parents, en particulier aux non-joueurs ? »

E.M. //

Ne pas jouer aux jeux vidéo n’empêche pas les parents d’accompagner leurs enfants. Les parents peuvent se référer au système PEGI (Pan European Game Information), qui indique sur les jeux à quelle tranche d’âge ils sont destinés, trouver conseils sur des sites ou auprès des vendeurs. Je leur conseille surtout de s’intéresser aux contenus et d’en parler avec l’enfant, comme ils le feraient à propos d’un livre ou d’un dessin-animé. La seule difficulté, relative, est de passer le cap de l’interface et du vocabulaire.

G.G. //

J’ajouterai qu’il est conseillé de ne pas jouer seul avant 8 ans et de ne pas utiliser Internet seul avant 12 ans. Surtout, le jeu vidéo, comme toute activité culturelle, doit être un objet de lien et de parole au sein de la famille, et non une « nurse numérique », devant laquelle l’enfant est laissé seul.

« Ce serait donc un problème de communication ? »

E.M. //

En partie. Si un enfant me dit, « Avec ma guilde, on a démonté le mob et on a looté grave ! », clairement, il ne cherche pas à communiquer. Je lui demande donc de m’expliquer. Si ça veut dire « avec mon équipe, on a monté une stratégie et on a gagné », je le félicite, comme je l’aurais fait au foot. En revanche, s’il joue perso et s’énerve, je peux lui dire : « tu ne t’y prends pas bien ».

G.G. //

Comme toute activité de jeu, le jeu vidéo doit être valorisé. Par exemple, les jeux en ligne massivement multi-joueurs proposent de coopérer et d’échanger avec d’autres personnes dans le monde. Le joueur y fait l’expérience des alliances, des rivalités, des illusions de groupes… Il est important que les enfants aient quelqu’un vers qui se tourner pour en parler.

(1) sondage IPSOS 2009

%d blogueurs aiment cette page :