Auteurs de références

AUTEURS DE RÉFÉRENCES

FRANCOIS LESPINASSE : LE PRECURSEUR

Tout d’abord, nous commençons par un auteur qui fait figure de précurseur en France du travail à partir du Jeu vidéo : François Lespinasse. François Lespinasse est un Psychologue clinicien aujourd’hui à la retraite qui a commencé dès 1993 à travailler avec les jeux vidéo au sein de groupes thérapeutiques à médiation auprès d’enfants présentant des troubles plus ou moins importants de la personnalité et qui étaient accueillis dans le cadre d’un hôpital de jour. Son approche originale et le peu de théorisation a priori font de ce texte un modèle d’une approche empirique et clinique de l’utilisation thérapeutique du Jeu vidéo. Nous reviendrons sur ce point car il semble que la simplicité, la spontanéité de l’atelier ainsi créé et l’investissement préalable des thérapeutes aient joué pour beaucoup en faveur de sa réussite. Nous pourrons ainsi parler « d’ancêtre » d’un travail thérapeutique avec le Jeu vidéo en France en ce qui concerne cette initiative. Un autre point que nous développerons plus loin concerne la théorisation après-coup qu’en fait F. Lespinasse en abordant la question de la sensorimotricité et de la place du corps, bien avant que celle-ci n’émerge et soit autant travaillée par les chercheurs, du moins de manière générale.

SERGE TISSERON : LE RÔLE DE L’IMAGE

Toute référence à l’image et au numérique renvoie nécessairement aux travaux pionniers de Serge Tisseron sur l’image et les Jeux vidéo. S. Tisseron est un Psychiatre, Psychanalyste, qui s’est intéressé au domaine de l’image dès le début des années quatre vingt dix. Ses apports essentiels dans ce domaine, parfois à rebrousse poil de la théorie psychanalytique classique, conduisent à une inflexion de la pratique et de l’écoute du clinicien, y compris au niveau du statut et de la conceptualisation de l’image au sein du corpus théorique. Si l’image est classiquement considérée comme d’un statut « inférieur » par rapport aux mots, les propositions de S. Tisseron permettent une profonde remise en chantier de l’approche psychanalytique de l’image et plus particulièrement du niveau du rapport au corps et à la symbolisation auquel elle renvoie. Cet auteur a grandement contribué en France à la familiarisation avec le jeu vidéo et à la diminution des craintes à son encontre.

MICHAEL STORA : FONCTION THÉRAPEUTIQUE DU JEU VIDÉO

Nous nous pencherons également sur un auteur qu’on ne présente plus dans le domaine du travail thérapeutique à partir du Jeu vidéo, Michael Stora, dont l’engagement dans la promotion du jeu vidéo et sa dé-diaboliastion est tout à fait important. M. Stora est un Psychologue clinicien, Psychanalyste qui travaille au sein d’un C.M.P. et qui a utilisé le Jeu vidéo aussi bien au sein de groupes à médiation que dans le cadre psychothérapeutique individuel. M. Stora a notamment travaillé avec des enfants et a proposé une lecture du lien entre le Jeu vidéo et la problématique individuelle de chacun.

CHARLOTTE DEBUCY DE COL. : LA DYNAMIQUE GROUPALE

Nous ne pouvons parler du travail de Michael Stora, sans aborder celui de Charlotte de Bucy et col., qui pose les bases d’une réflexion sur le groupe et le Jeu vidéo. Charlotte Debucy est une Psychologue clinicienne qui a mis en place, avec la participation d’un animateur et d’un éducateur spécialisé, un atelier Jeux vidéo pour joueurs excessifs au sein d’une maison des adolescents située à Paris. Ce travail thérapeutique auprès de sujets souffrants de « troubles narcissiques » fut supervisé par S. Tisseron. L’intérêt de cette initiative est qu’elle pose les bases d’un travail de réflexion sur la dynamique groupale et intersubjective au sein d’un atelier Jeu vidéo. Nous discuterons également cette approche qui semble, s’intéresser à la dynamique de groupe, indépendamment du type précis de dispositif numérique utilisé, mettant alors de côté la dimension de la matérialité de l’objet.

YANN LEROUX : UNE APPROCHE CULTURELLE DU JEU VIDÉO

Une approche psychodynamique du Jeu vidéo utilisé comme objet de médiation ne peut se passer des apports significatifs et tout à fait passionnants de Yann Leroux qui a par ailleurs soutenu récemment sa thèse au sujet des groupes sur Internet sous la Direction de S. Tisseron (Y. Leroux, Psychodynamique des groupes sur le réseau internet). Les apports de Y. Leroux ont permis d’établir un pont entre la psycho-dynamique et le groupe notamment à travers l’idée d’une » illusion groupale en ligne ». Sa pensée semble constituer une synthèse des précédents apports, auxquels cet auteur a ajouté les travaux précurseurs des chercheurs anglo-saxons. Y. Leroux a notamment particulièrement travaillé dans une approche psychanalytique nouvelle consistant à penser autrement le jeu vidéo, comme un objet culturel à replacer dans son contexte d’émergence et d’utilisation.

VINCENT LE CORRE : ESQUISSE DE METAPSYCHOLOGIE DU JEU VIDEO

La première tentative de synthèse d’une conceptualisation du jeu vidéo comme objet de médiation psychothérapeutique revient à V. Lecorre et G. Latry. Vincent Le corre est Psychologue clinicien et Psychanalyste. Il travaille entre autres dans le cadre d’un Centre d’Accueil Familial Spécialisé auprès d’enfants et d’adolescents placés en famille d’accueil. Il se penche sur les objets culturels adolescents tels que les jeux vidéo, et s’intéresse aux discours qui relèvent de ce que l’on nomme aujourd’hui « cyberaddiction » ou « addiction ou dépendance aux jeux vidéo ».

Publicités
Poster un commentaire

réponse ? ou commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :